Conseil

Darkweb – Une seconde fin pour BlackHand ?

Samedi 16 juin 2018, le ministre des comptes publics Gérard Darmanin a annoncé la fermeture du marché noir francophone BlackHand. Une victoire pour le service de renseignement de la douane française, qui a mené l’opération pendant plus d’un an.

 

 

Le 12 juin dernier, l’administratrice du marché noir BlackHand, connue sous les pseudonymes d’Anouchka/Hadès ainsi que 3 autres membres ont été interpellés pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes et délits ». L’opération s’est déroulée simultanément dans les régions de Lille, Marseille et Montpellier.

A ce jour, il s’agit de l’opération la plus importante menée par les forces l’ordre françaises sur le darkweb. Elle rejoint les opérations menées par le FBI et Europol, qui avaient mis fin au marché noir international AlphaBay.

La cellule Cyber Threat Intelligence d’INQUEST s’est penchée sur l’histoire de ce marché noir, place forte des échanges sur le darkweb francophone depuis 2015.

 

BlackHand, un marché noir à l’histoire complexe

Le marché noir BlackHand tient son nom de l’organisation criminelle américaine tristement célèbre Mano Nera, première organisation criminelle italienne aux États-Unis. Il a été ouvert en début 2015, suite à la fermeture d’un des plus gros marchés noirs francophones ; French Market Place.

L’administrateur quitte alors French Market Place avec plus de 50 000 euros, appartenant aux clients et vendeurs du marché noir. Cette fraude, aussi appelée « exit scam » est la plus importante jamais réalisée sur le marché noir francophone, menant à la fermeture de French Market Place.

La fermeture de FMP a un impact très important sur ses utilisateurs, provoquant une importante crise de confiance envers le système mercantile cybercriminel français. C’est à la suite de ces événements que BlackHand, qui n’est alors qu’une jeune plateforme, ouvre ses portes aux utilisateurs du darkweb.

La plateforme n’est accessible qu’après avoir payé une petite somme, une cinquantaine d’euros en Bitcoin et permet à ses utilisateurs d’acheter des produits illégaux (armes, faux papiers, drogues et données volées).

 

 

BlackHand connaît une période prospère jusqu’à la fin de l’année 2016, marquée par de nombreux « scams », arnaques envers ses utilisateurs, qui commencent à le délaisser petit à petit. En avril 2017, un des administrateurs prend alors la décision de quitter le marché noir en récupérant la base de données de ses utilisateurs ; c’est la création de BlackHand V2, qui supplante son prédécesseur au bout de quelques semaines. Le marché noir BlackHand a donc été fermé en mi-2017.

BlackHand V2 connaît un succès beaucoup moins important que son prédécesseur, faisant également face à de nombreuses arnaques. Plus difficile d’accès et moins bien répertorié, le marché noir est en perte de vitesse au cours de l’hiver 2017. En mai 2018, face à l’inactivité de l’administratrice, de nombreux vendeurs quittent la plateforme, craignant une arnaque. S’en suivront les arrestations très médiatisées de ce mois de juin.

 

Quelles proportions pour BlackHand V2?

La plateforme BlackHand V2 comptait environ 3 000 membres, vendeurs et clients confondus. Sa place au sein du darkweb francophone est donc à relativiser. Le forum French Deep Web compte en effet aujourd’hui plus de 25 000 membres, et son marché environ 7000. En proportion par rapport aux marchés noirs internationaux Dream et Wall Street Market, BlackHand V2 ne représentait même pas 1% des ventes.

Quel va-t-être l’impact de la fermeture de BH V2 sur la communauté du darkweb ? Cette fermeture va-t-elle bénéficier aux autres marchés noirs, comme French Deep Web Market ou The Black World ? Affaire à suivre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *